3 Questions à Pierre Riollet de WynSep

 

photo wynsep

 

1/ Pourquoi WynSep a-t-elle décidé d’adhérer au Pôle ?

WynSep conçoit et fabrique un appareil d’analyse basé sur le principe de l’électrophorèse capillaire qui permet de séparer les différents constituants d’un échantillon avant de les détecter spécifiquement. Dans le domaine de l’environnement les applications sont nombreuses : analyse de la balance ionique anions/cations, pesticides, résidus de médicaments, perturbateurs endocriniens…
 Nous souhaitons étudier les besoins des utilisateurs primaires, sans véritable infrastructure laboratoire et leur proposer des systèmes de surveillance directement à proximité des sources de pollution.
 Le domaine de l’analyse de l’eau est complexe et de nombreux acteurs interviennent à des niveaux différents. Nous avons besoin de comprendre ce marché, ses besoins et ses acteurs.

 

2/ Quelles sont vos projets avec le pôle eau ?

Nous venons de participer à la journée eau et défense à Toulouse pour mieux comprendre les enjeux particuliers de l’armée. Le Salon HydroGaïa sera une opportunité de mieux connaître les acteurs de la filière.
 Pour le laboratoire, Il existe une norme américaine (EPA 6500) pour l’analyse des anions dans les eaux de boissons par électrophorèse capillaire. Nous allons prospecter aux États-Unis sur cette base réglementaire qui constitue un levier important. Le protocole d’accord entre le Pôle eau et le TWC de Milwaukee va nous permettre d’obtenir de l’aide afin de prospecter sur ce marché.
 

3/ Quelles sont vos réalisations avec le pôle eau ?

Nous sommes adhérents depuis le début de l’année 2016 donc nous n’avons pas encore bénéficié significativement des actions du pôle. Nous avons pris quelques contacts intéressants avec l’armée et quelques membres du pôle que nous avons rencontré lors d’une manifestation autour des membranes fin 2015.

logo wynsep

  • 3 questions à ...
  • Le 03/03/2016

Inscrivez vous à la Newsletter