Trophée HydroGaïa 2016 pour la start up Bayulencque Microbia - L'indépendant

« Microbia Environnement », cette toute jeune entreprise innovante, issue de la pépinière que constitue l’équipe de chercheurs du laboratoire Arago de banyuls sur mer, vient d’être récompensée par l’attribution d’un « Trophée Hydrogaïa coup de cœur 2016 ».

lauréats hydrogaia 2016

 Les Trophées Hydro Innovation HydroGaïa 2016 sont à l’initiative de la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées avec le concours de Transferts LR. . C’est lors du salon Hydrogaïa 2016 qui s’est déroulé les 25 et 26 mai dernier,  que cette distinction leur a été décernée. Créée en avril 2013 par deux chercheurs en biologie moléculaire et biotechnologie, Delphine Guillebault, et Carmem-Lara Manes, « Microbia Environnement », est destinée à fournir une expertise dans le domaine de la microbiologie environnementale. Cette toute jeune société s’adresse aux organisations qui souhaitent sécuriser leurs ressources aquatiques, et anticiper des risques microbiologiques. C’est la prochaine mise sur le marché, d’un kit de diagnostic rapide des micro-algues toxiques, produit qui a demandé deux ans de mise au point et de validation, qui vient d’être distingué par l’attribution de ce trophée. Microbia Environnement s’est efforcée de concevoir un outil facilement utilisable, par des non spécialistes autant dans sa mise en œuvre que dans la lecture des résultats. Il permet d’obtenir des résultats en 4h seulement, là où il faut 4 jours par la méthode de référence. Microbia Environnement s’interesse légitimement à toute la sphère de la conchyliculture, avec son besoin capital d’anticiper, par une méthode simple de mise en œuvre, les risques d’efflorescences algales, bien avant que le seuil sanitaire soit atteint. Hébergée dans la pouponnière du Laboratoire Arago, cette proximité lui permet de bénéficier d’un environnement scientifique dynamique et d’un accès rapide à un plateau technique exceptionnel
 Comment est né ce projet ?

Delphine Guillebault : j’étais impliquée dans des projets européens qui développent des bio-puces pour aller détecter des micro-organismes toxiques pathogènes dans l’eau, et à l’issue de ces travaux cette technologie n’a pas eu de suite dans son développement. Il est très difficile, dans la recherche fondamentale d’aboutir à des technologies arrivant au stade de produit. En parallèle à nos travaux, nous avions reçu l’exclusivité d’exploitation d’un brevet sur une bio-puce pour détecter des microalgues toxiques. Je me suis dit que notre équipe était multidisciplinaire et avait des compétences rares qui rendait possible le transfert des technologies non abouties de la recherche fondamentale vers l’utilisateur final. Nous étions en mesure de mettre au point un outil de gestion quotidienne de la qualité des eaux. Le projet Microbia Environnement était né.

Vincent Laudet (directeur du laboratoire Arago): Pour le laboratoire Arago, c’est excellent d’avoir une « Start-up » de biotechnologie issue du laboratoire qui développe de l’activité économique ici. C’est la première pousse née au laboratoire, et j’espère que ce n’est pas la dernière. On ne pense pas à priori que Banyuls soit un lieu où il existe des start’up de biotechnologie, et bien il y en à, et j’espère qu’avec nos nouveaux locaux nous allons pouvoir en accueillir d’autres au sein de notre incubateur d’entreprises innovantes, nous avons déjà des pistes. Nous faisons de la recherche fondamentale, mais si en plus cela peut déboucher sur de la recherche appliquée et du développement économique, nous sommes preneurs.
 
 YA

Source : L'indépendant

  • Adhérents à la Une
  • Le 06/07/2016

Inscrivez vous à la Newsletter