HydroGaïa 2014 L’eau en milieu urbain : vers une gestion et une utilisation durables de l’eau en ville.

Le salon HydroGaïa porte cette année sur la thématique du défi de l'eau en milieu urbain. Nicolas ROCHE, Professeur Aix-Marseille Université (AMU), Administrateur du Pôle EAU, Coordinateur du Pôle de Recherche Interdisciplinaire et Intersectoriel « Environnement » de l’AMU développe le sujet.

Nicolas ROCHE, Professeur Aix-Marseille Université (AMU), Administrateur du Pôle EAU, Coordinateur du Pôle de Recherche Interdisciplinaire et Intersectoriel « Environnement » de l’AMU.

portrait Nicolas Roche

 

Le développement démographique dans le monde s’accompagne d’un développement rapide et important du tissu et des zones urbaines. Cet accroissement de la concentration en population de ces zones pose un vrai problème d’approvisionnent et d’un accès régulier à l’eau pour l’ensemble des populations et des activités. De plus cette urbanisation galopante entraîne une véritable modification du cycle de l’eau en changeant considérablement les potentialités naturelles d’infiltrations des eaux et le réapprovisionnement des nappes du fait essentiellement de l’imperméabilisation des surfaces au sol. Enfin, la gestion des eaux usées et de leur rejet dans un état de qualité acceptable pour le milieu naturel pose de nouvelles et importantes questions sur le devenir et le traitement des polluants émergents. Il est donc urgent de mettre en place une nouvelle vision du cycle de l’eau en milieu urbain.

 

Sur le plan de l’approvisionnement et de l’accès régulier à l’eau, outre la gestion durable des ressources, il est essentiel maintenant de prioriser les actions visant à réduire les pertes encore trop importantes causées par les fuites dans les réseauxqui dépassent couramment 20 % des eaux distribuées. Ceci passe bien par une amélioration de l’entretien des réseaux existants mais aussi et surtout par la mise en place de systèmes performants de détection de fuites.

 

Néanmoins afin de limiter notamment les frais d’investissement importants de mise en place et de renouvellement des réseaux d’adduction d’eau, il convient aussi des mettre en place des politiques ambitieuses de réutilisation des eaux usées et de gestion des eaux pluviales. Pour les eaux usées il convient de les différencier en fonction de leur qualité afin de privilégier la réutilisation des eaux usées les moins polluées. En effet les eaux usées domestiques, autres que les eaux de toilettes, présentent généralement des niveaux de pollutions faibles et il est tout à fait envisageable de mettre en place des solutions de traitement  sur site et de réutilisation pour des usages bien définis tels le lavage des voiries et des voitures, l’arrosage des parcs et jardins, les chasses d’eau des toilettes ou encore un réapprovisionnement des nappes. Cette réutilisation d’eaux usées faiblement polluées peut être aussi associée à une collecte efficace et sûre des eaux de ruissellement des toitures des habitations. Le principal avantage de ces options de réutilisation est qu’elles n’obligent pas à une réduction des consommations et des usages, bien qu’elles réduisent de manière significative les prélèvements et les rejets vers les milieux naturels. Cette nouvelle gestion des eaux doit être précédée d’une mise en place préalable d’un cadre réglementaire adapté.

 

La réduction de fait du volume de rejet des eaux usées doit permettre de mettre en place des solutions de traitement finaux performants intégrant notamment des aspects d’optimisation énergétique (récupération de chaleur, valorisation énergétique des sous-produits de l’épuration, …) afin de rendre à minima le cycle de l’eau en ville (approvisionnement-traitement-distribution-traitement-rejet) neutre en énergie. La valorisation matière des sous-produits de l’épuration offre aussi des potentialités importantes qu’il faut pouvoir mettre en place et développer.

 

Enfin, il est aussi primordial de mettre en place dans les espaces urbains une gestion efficace des eaux pluviales afin de limiter leur impact en matière de pollution (ruissellement sur les sols), d’inondations et de saturation des réseaux d’eaux usées et des usines de traitement en privilégiant notamment des voies de réalimentation des réserves et des milieux naturels.

 

L’eau en milieu urbain est un défi majeur, complexe, intersectoriel et pluridisciplinaire à relever. Des solutions existent et de nombreuses expérimentations sur ces quatre volets sont testées et mises en place à travers le monde. Il est donc important de capitaliser rapidement sur un retour d’expérience global afin de définir les meilleurs voies et solutions à mettre en place et accompagner durablement les développements démographiques et économiques des zones urbaines. Ceci passe notamment par un renforcement notable des liens et des actions entre tous les différents acteurs de l’eau (usagers, décideurs publics et privés, entreprises, chercheurs, élus).


Nicolas ROCHE, Professeur Aix-Marseille Université (AMU), Administrateur du Pôle EAU, Coordinateur du Pôle de Recherche Interdisciplinaire et Intersectoriel « Environnement » de l’AMU.

  • HydroGaïa
  • Le 29/04/2014

Inscrivez vous à la Newsletter