Le 7e Forum mondial de l’eau : le temps du bilan

7eme forum mondial de l eau mini

Le Forum mondial de l’eau, dont la 7e édition s’est tenue du 12 au 17 avril 2015 à Daegu et Gyeongju, en Corée du Sud avec la présence officiellement annoncée de quelque 30’000 participants venus de 168 pays, s’est conclu par différents engagements visant à tout mettre en œuvre pour améliorer l’accès à l’eau en tous points de la planète et pour mener des efforts conjoints face aux défis des changements climatiques.

 

Retrouvez l'article paru dans Aqueduc.info

http://www.aqueduc.info/7e-Forum-Mondial-de-l-Eau

Un vaste champ d’engagements possibles

De très nombreuses sessions d’information et de travail ont été organisées autour des 16 thèmes inscrits par le Conseil mondial de l’eau à l’agenda du Forum et regroupés sous quatre têtes de chapitre, à savoir :

 Une eau sûre pour tous : cela passe, quantitativement parlant, par une priorité accordée à la gestion de la demande de l’eau plutôt que de son offre et par le recours à des approvisionnements non conventionnels (dessalement, utilisation de l’eau de pluie, recyclage des eaux usées, etc.) et, sur le plan de la qualité, par une réduction de toutes les formes de pollution et une amélioration de la gestion de l’assainissement et de l’épuration des eaux usées. Mais cet objectif réclame aussi une plus grande capacité d’adaptation aux changements climatiques et de prévention des catastrophes naturelles, de même que la mise en place d’infrastructures et de services pouvant garantir une gestion durable des ressources en eau.

 L’eau pour le développement et la prospérité : une réponse adéquate aux besoins de la production agricole, industrielle et énergétique comme d’un sain développement des agglomérations urbaines implique d’encourager de nouvelles technologies et de nouvelles pratiques à la fois plus efficaces, plus économes en eau et plus respectueuses de l’environnement.

 L’eau pour le développement durable : favoriser l’engagement à long terme de la multiplicité des acteurs concernés par la gestion de l’eau, reconnaître la valeur économique de l’eau, protéger et restaurer les écosystèmes aquatiques, lutter contre toute forme de gaspillage et dégradation de l’eau sont des objectifs primordiaux qui peuvent être atteints notamment par la mise en œuvre de modèles de gestion intégrée des ressources hydriques.

 Aménager des mécanismes réalistes de mise en œuvre : cela suppose des investissements et des modes de financement novateurs, une meilleure information du public, des processus participatifs de décision politique, des efforts de coopération multisectorielle pour prévenir et résoudre les conflits et améliorer la gestion des eaux transfrontalières, des programmes d’éducation et de formation professionnelle qui mettent aussi en évidence la nécessité de prendre en compte le respect de la diversité culturelle et des impératifs de justice et d’équité.

  • International
  • Le 17/04/2015

Inscrivez vous à la Newsletter