Eaux et territoires agricoles : Dépasser les contradictions?

Le pôle de compétitivité Eau, membre du comité d'orientation du programme de recherche Eaux et Territoires soutenu par le ministère de l’environnement, a le plaisir de vous communiquer la publication des résultats de sept projets de recherche

 

Eaux et territoires

 

Pour télécharger les résultats des projets de recherche: cliquez ici

La question des interactions entre gestion de l’eau et gestion des territoires agricoles fait partie des problématiques environnementales les plus délicates en raison de ses multiples dimensions (écologique, économique, sociale, politique...). Seule une approche scientifique transversale, interdisciplinaire, associant des acteurs du terrain, peut permettre de fournir des clés de lecture et des outils pour progresser sur un tel sujet.

C’est pourquoi,  le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, avec le soutien du CNRS et d’Irstea, a cofinancé depuis 2008 le programme de recherche Eaux et Territoires. 7 des 20 projets de recherche abordent de manière originale les liens complexes entre ressources en eau et territoires agricoles, tant en matière de pollutions diffuses, d’effets sur les zones humides que de gestion intégrée de l’eau. Le CGDD vient de consacrer un numéro de sa collection Références aux résultats de ces recherches.

Les chercheurs mobilisés nous font part ici de leur démarche et de certaines de leurs conclusions. Je vous invite à en prendre connaissance, à vous reporter aux extraits correspondants de la publication, voire à contacter directement les chercheurs pour découvrir la grande richesse de leurs travaux.

Laurence Monnoyer-Smith
Commissaire générale au développement durable
Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer

 

1ère partie -  Pollutions diffuses : des réponses spécifiques selon les territoires

Les pollutions diffuses agricoles sont au cœur de grands enjeux de société : l’alimentation en eau potable, appelant une transformation des systèmes agricoles et des usages des sols sur les aires d’alimentation de captage ; les perturbations écologiques des eaux continentales et littorales, liées à des déséquilibres des éléments nutritifs et à l’écotoxicité de certaines substances. L’optimisation environnementale des systèmes agricoles est en cours. Des transformations plus profondes devront se mettre en place. Cela pose notamment la question de leur accompagnement. Pour en savoir plus...

Chantal-Gascuel
Directrice de recherche
INRA (centre de Rennes)
02.23.48.52.27
chantal.gascuel@rennes.inra.fr

 

  • Le projet O’DURAB

Face à la dégradation des eaux brutes dans les aires de captage, plusieurs alternatives existent pour l’action publique. La typologie d’alternatives « curatives », « palliatives », « préventives » (B.Barraqué) est ici analysée au regard des stratégies des gestionnaires de services d’eau potable et d’animateurs de bassins. À partir d’une étude économique, il apparaît que les solutions curatives présentent un coût élevé. Dès lors, l’incitation à des solutions préventives locales de sécurisation qualitative de l’alimentation en eau serait à privilégier, tout en sachant que le changement agricole s’avère complexe à mener hors contrainte réglementaire. Pour en savoir plus...

Emmanuelle Hellier
Professeure d’aménagement de l’espace et urbanisme
Université Rennes 2
02.99.14.18.43
emmanuelle.hellier@univ-rennes2.fr
et
Elisabeth Michel-Guillou
Maître de conférences en psychologie sociale et psychologie environnementale
Université de Bretagne occidentale
02.98.01.63.61
elisabeth.michel-guillou@univ-brest.fr

 

  • Le projet AGEPEAU

L’étude de différentes situations a montré que, lorsque l’agriculture, mise en cause directement vis-à-vis de la pollution de la ressource en eau, est amenée à changer de modèle ou de pratiques, trois types d’épreuves sont à surmonter par les acteurs :

- une épreuve cognitive (connaissances nécessaires pour traiter du problème de qualité de l’eau),

- une épreuve pour les dynamiques socio-professionnelles, provenant des tensions entre les contraintes environnementales et les contraintes socio-économiques (structure des exploitations, insertion dans les filières, fluctuations des marchés),

- enfin, une épreuve pour les politiques de l’eau, dont la standardisation doit composer avec la grande diversité du monde agricole.

Pour en savoir plus...

Fabienne Barataud
Ingénieure de recherche
INRA (centre de Mirecourt)
03.29.38.55.10
fabienne.barataud@mirecourt.inra.fr

 

2ème partie - Zones humides : des territoires révélateurs des tensions et conflits autour de la ressources en eau

Les zones humides comme territoires révélateurs des tensions et des conflits autour de la ressource en eau : cette réalité d’une tension révélée par les politiques concernant les zones humides a en fait été le fil conducteur de la recherche que j'ai menée pendant de nombreuses années sur les zones humides. J’ai introduit notamment avec d’autres collègues de l’Ouest les notions de zones humides potentielles, existantes, efficaces qui sont une grille de lecture qui peut être utilement appliquée dans ces situations. On peut retrouver ces travaux dans les recherches menées au sein de l'INRA de Rennes. Pour en savoir plus...

Philippe Merot
Chercheur retraité

 

  • Les projets GEOPAR et PACTER

Cet article présente la démarche et quelques résultats obtenus par deux projets (GEOPAR et PACTER) menés sur deux deltas en Afrique de l’Est (Tana au Kenya et Rufiji en Tanzanie). Ceux-ci se sont intéressés aux interactions entre rythmes hydrologiques, disponibilité des ressources naturelles et pratiques des acteurs locaux. Ils ont permis de faire un état des lieux sur les différents services écosystémiques et ont intégré une modélisation des stratégies des acteurs locaux et de leur adaptation à plusieurs scénarios de crues. Les impacts potentiels et les tensions engendrées par des grands projets d’agrocarburants ont aussi été étudiés afin de mieux comprendre la genèse des conflits existants autour de la ressource en eau et du territoire. Pour en savoir plus...

Stéphanie Duvail
Unité mixte de recherche Patrimoines locaux et gouvernance
Muséum national d’histoire naturelle
01.40.79.36.70
stephanie.duvail@ird.fr

 

  • Le projet MARAIS

Cet article aborde la question de la gouvernance des zones humides, du bassin versant à l’exutoire, en prenant pour exemple un territoire emblématique chargé d’histoire : la vallée des Baux. De l’approche multi-échelles et de la modélisation hydrologique à l’identification de nouveaux risques sanitaires et de nuisances émergentes pour les populations locales, cet article s’intéresse également aux problématiques de la renaturation des zones humides. Dans cette vallée au contexte hydrologique particulier, les chercheurs montrent notamment comment l’agriculture joue un rôle majeur au travers de l’irrigation d’une part, et de la déprise agricole d’autre part, dans la renaturation d’une zone humide drainée. Pour en savoir plus...
Alain Sandoz
Centre de recherche de la tour du Valat
04.90.97.29.74
sandoz@tourduvalat.org

 

Partie 3 – Démarches et outils pour la gestion intégrée de l’eau et des territoires

 

  • Le projet SURGE

Comment la modélisation d’accompagnement peut-elle être utile pour explorer des formes de solidarités entre territoires ruraux et urbains ? Le projet SURGE a questionné l’utilisation de ce type de démarche pour favoriser un dialogue entre gestion de l’eau et projets de territoire. La question agricole a été au cœur des débats dans le premier cas d’étude sur le ruissellement érosif et la protection des captages dans le pays de Caux (jeu Ruis'eau). Le second cas d’étude sur la gestion des ressources en eau dans le bassin de Thau a permis de questionner la place de l’usage agricole parmi d’autres dans le cadre d’un schéma d’aménagement et de gestion des eaux. Pour en savoir plus...

Audrey Richard-Ferroudji
Responsable du département des sciences sociales
Institut français de Pondichéry
0091.413.233.16.30
audrey.richard@ifpindia.org

 

  • Le projet MAEVEAU

S’agissant de la préservation de la qualité de l’eau vis-à-vis des pesticides, le projet MAEVEAU a développé une démarche d’évaluation intégrée de l’efficacité des mesures agro-environnementales territorialisées (MAET)  sur la période 2007-2011. Pour juger de l’efficacité de ces mesures, il est nécessaire d’en interroger les différentes composantes : efficacité environnementale, économique, mais aussi organisationnelle à travers les processus mis en jeu. Les formes d’action collective liées au nouveau dispositif de MAET semblent conduire à une efficacité renforcée, du fait d’un processus partagé d’apprentissage du changement. Pour en savoir plus...

Frédéric Zahm
Ingénieur-chercheur en agro-économie
IRSTEA (centre de Cestas)
05.57.89.08.40
frederic.zahm@irstea.fr

 

Conclusion

Cette publication permet la mise à disposition de la communauté scientifique et du grand public d’acquis de programmes de recherche récents sur les questions spécifiques posées par les liens complexes et contradictoires entre l’eau et les territoires agricoles. Dépasser les contradictions suppose de les exposer avec clarté et de proposer des pistes de changement ou d’amélioration. Pour situer à un niveau plus large les multiples dimensions de la question de l’eau, vous pourrez vous référer à l’ouvrage, publié fin 2015, aux Éditions du CNRS, « L’eau à découvert », coordonné par Agathe Euzen, Catherine Jeandel et Rémy Mosseri. En savoir plus...

Paul Arnould
Ancien président (2006-2012) du conseil scientifique du programme « Eaux et territoires »
Ecole normale supérieure de Lyon
06.60.14.60.75
paul.arnould@ens-lyon.fr

et

Lydie Goeldner-Gianella
Présidente (2012-) du conseil scientifique du programme « Eaux et territoires »
Professeur de géographie
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Lydie.Goeldner-Gianella@univ-paris1.fr

 

Contact :

Valérie Belrose
Service de la recherche
Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer
CGDD/DRI/SR
01 40 81 33 53

valerie.belrose@developpement-durable.gouv.fr

 

visuel gouv

  • Le Pôle en action
  • Le 21/04/2016

Inscrivez vous à la Newsletter