Métrologie : de la recherche au produit

 

Les méthodes actuelles permettant d’explorer les réseaux de circulation d’eau qu’ils soient naturels (karst) ou artificiels (conduites), en conditions noyées ou semi-noyées, sont limitées et ne permettent pas une gestion optimale de ceux-ci en raison de la mauvaise connaissance de leur géométrie et/ou de leurs caractéristiques.

 

P1010086_a

 

SONDE

Photos : prototype de la sonde

 

Dans ce contexte, en 2010, dans le cadre d’un programme pluridisciplinaire ciblé sur la thématique Eau, le conseil scientifique de l’UM2 a retenu un projet visant à cartographier les drains karstiques noyés par une sonde autonome.
En effet, la méconnaissance de la position de ces drains est un verrou fondamental pour la gestion de ces aquifères.
Le projet qui associe le laboratoire Hydrosciences-Montpellier (HSM – UMR5569) et l’Institut d’Electronique du Sud (IES – UMR 5214) a permis de financer une thèse dont un des résultats majeurs est le développement d’un prototype fonctionnel. Les tests ont montré qu’il était possible d’enregistrer le parcours de la sonde et les vitesses associées dans des conduits de géométries complexes.

Ces développements ont donné lieu à un premier brevet (brevet FR 11/61985 et PCT/FR 2012/052918) qui ouvre une nouvelle voie en matière d’hydrogéologie karstique, mais qui plus largement permet d’envisager un domaine plus vaste d’application avec le développement d’une gamme de sondes adaptées aux réseaux d’adduction d’eau (potable, usée, chaude, industrielle).

Reprenant ce brevet, un projet de start-up portée par un ex-doctorant du laboratoire HSM est en cours de création et d’installation en Région Languedoc-Roussillon. Les sondes qui seront réalisées et commercialisées dans les prochains mois par cette société se présentent comme des sphères de quelques centimètres de diamètre à lest variable.

L’innovation tient aux capteurs embarqués qui leur permettent d’enregistrer la géométrie (géolocalisation après post-traitement des données) et de mesurer simultanément certaines grandeurs caractéristiques des conduites explorées (pression, température, conductivité...).

Une importante phase de R&D va être engagée sur une période de 5 ans pour imaginer et mettre au point de nouveaux produits dérivés du premier prototype afin de constituer progressivement une gamme (sondes+logiciels) adaptée aux marchés identifiés.

Contact :

Severin Pistre : Severin Pistre severin.pistre@univ-montp2.fr
Professeur d'Hydrogéologie
Directeur du Master EAU
Co-Responsable de la Spécialité Gestion des Littoraux et des Mers

  • News
  • Le 26/09/2013

Inscrivez vous à la Newsletter