Contexte

Gestion des ressources hydriques

La gestion des ressources hydriques et la qualité de l'eau seront un problème majeur du XXIème siècle pour nos sociétés, dont la consommation globale était de 54% de l’eau accessible sur la Terre en 1995 et qui sera proche de la ressource disponible pour certaines régions comme l'Afrique du Nord et l'Asie Centrale vers 2025. La population mondiale croît à un rythme élevé : en 2000, elle comptait 6 milliards d’humains et elle devrait atteindre 9 milliards en 2050. Plus de 80% des eaux prélevées par les humains sont utilisées pour l’agriculture et l’industrie, l’utilisation domestique ne représentant qu’une contribution modeste (10%). Or les ressources en eau de la planète sont mal réparties dans l’espace et le temps, en quantité et en qualité.

L'eau, au cœur des préoccupations

Le domaine de l’eau est aujourd’hui au centre de toutes les préoccupations, et générateur de conflits d’usage locaux (Afrique du Sud, Australie, France, Maroc, Vietnam, …) et régionaux (Inde, Irak, Israël, Kurdistan,…). Il se trouve étroitement associé au concept de développement durable. La France ne s’y est pas trompée et le débat du Grenelle de l’Environnement (2007), puis sa transcription en articles de loi (2008-2009), lui ont accordé une place toute particulière. Ainsi, tant aux échelles régionales que planétaire, la qualité et la quantité des ressources en eau disponible sont très étroitement liées aux nouveaux défis que les pressions accrues en matière de climat, d’alimentation ou d’énergie font peser sur les sociétés humaines. 
Devant ce constat, l’idée de création d’un Pôle de Compétitivité à vocation mondiale à dominante technologique s’est imposée. L’orientation privilégiée est l’évaluation et la valorisation des ressources en eau, quantitativement et qualitativement, grâce aux écotechnologies associées, et ce, au profit de tous les usages qu’elle recouvre : alimentation en eau potable et assainissement, usages agricoles et industriels, incluant la production énergétique et les loisirs. De fait, la stratégie du pôle s’inscrit dans le cycle de l’eau (depuis sa mobilisation jusqu’à son retour aux milieux naturels, en passant par les différents usages), aujourd’hui impacté par les changements globaux.

Inscrivez vous à la Newsletter